dimanche 14 janvier 2018

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain






"Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain"

Voilà qui résumerait bien l’amour que je porte à ce métier que j’exerce depuis maintenant 2 ans quasiment jour pour jour ma bonne dame. Je me souviens encore des quelques réticences que j’avais dans un coin de ma tête au départ même si l’envie était d’ores et déjà là, bien présente depuis la naissance de Paul et même bien avant pour tout vous avouer.
Et puis si on creuse tout de même un peu sournoisement vous y trouverez aussi un certain ras-le-bol de côtoyer ses ex-collègues (je parle de mes anciens jobs dont certains en particulier – c’est que j’ai bourlingué ma bonne dame avant de devenir assmat) qui prenaient un malin plaisir a bien vous faire comprendre que vous n’êtes pas le bienvenu dans la structure, qui vous rabaisse plus bas que terre, considère que c’est vous le problème alors que … non après un peu de recul (de quelques mois hein le recul il faut du temps pour se remettre de plusieurs harcèlements moraux).
Bref, arrêtons de remuer le couteau et tournons la page.
Etre assistant maternel s’est révélé être comme une évidence au final et je le pense toujours.
Malgré tous les clichés que l’on peut entendre sur ce sujet, c’est un job qui s’avère être loin d’être simple et avec une des plus grandes responsabilités qui soit : on nous confie des enfants, la prunelle des yeux de leurs parents et ce, dans une confiance absolue. Vous vous rendez compte ? Et vous vous rendez compte à quel point cela doit être dur pour les parents de confier leur enfant à une personne étrangère, au départ tout du moins ? C’est fou quand j’y pense mais c’est ce qui fait le « charme » de ce métier.
Parce que c’est avant tout l’enfant en premier lieu qui reste et qui restera le point névralgique entre son assistante maternel(le) et ses parents.
« Merci pour votre confiance » est une phrase que j’ai dû dire un certain nombre de fois (bon pas tant que cela non plus) en deux ans mais force est de constater mais c’est à chaque fois un honneur de se dire que l’on nous fait confiance et pour un petit moment si tout se passe bien.
Et tout se passe bien depuis deux ans j’ai rencontré de merveilleux enfants et je tente plus que tout de garder contact pour que le lien puisse perdurer dans le temps.
Et on passe par tellement d’émotions en une seule journée lorsque l’on garde des enfants car ils n’ont pas de filtres émotionnels contrairement aux adultes et on se prend tout en pleine face !
Et vous savez quoi ? Que c’est bon de voir grandir à tous points de vue ses petites têtes parce qu’au final même s’il y a bien évidemment des journées plus dures que d’autres (comme dans tous les jobs) je reste le phare de ses petits bateaux naviguant seul en partance pour un avenir le moins houleux possible.  

mardi 7 mars 2017

[LIVRE] Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates - Mary Ann Shaffer & Annie Barrows



Résumé : 
"Janvier 1946. Tandis que Londres se relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre un monde insoupçonné, délicieusement excentrique ; celui d'un club de lecture au nom étrange inventé pour tromper l'occupant allemand : le "Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates". De lettre en lettre, Juliet découvre l'histoire d'une petite communauté débordante de charme, d'humour, d'humanité. Et puis vient le jour où, à son tour, elle se rend à Guernesey ...".

lundi 27 février 2017

L'opération 1 jour / 1 parc


 Coucou tout le monde

Il faut avouer qu'habiter une commune qui se trouve un peu au milieu de tout c'est tout de même non négligeable quand on exerce ce métier. On peut aisément avoir accès à divers parcs tous aussi agréables les uns que les autres en l'espace de 15/20 minutes en voiture et cette semaine fût donc l'objet de plusieurs virées "nature".

vendredi 17 février 2017

BEIGNETS DE TOMATES VERTES

 
ou Fried green tomatoes at the whistle stop coffee pour être exact dans la version originale du film (ou Le secret est dans la sauce pour la version québécoise ... bon sang ... sérieux les gars ?!). 
C'est dans une certaine continuité qu'il m'est venu l'idée saugrenue, après l'article sur "Miss Alabama et ses petits secrets", de jeter de nouveau un œil sur ce film qui est d'ailleurs un de mes films "chouchou" depuis un bont moment maintenant.
Quel est le rapport me direz-vous ? 
Fannie Flagg mes ami(e)s, Fannie Flagg ... ^^

jeudi 16 février 2017

[DIY] Spectacle de marionnettes


Coucou tout le monde
S'il y a bien quelque chose qui me plaît dans ce métier c'est de créer, de proposer des choses un peu innovantes (enfin j'essaie, au plus ou moins de succès ^^) et si on m'avait dit il y a un an que je passerai autant de temps à choyer les petits que je garde, hé bien je ne l'aurai pas cru. 
J'adore ce que je fais, ce que je concocte pour les garçons et surtout voir leurs réactions à chaque nouvelle activité c'est vraiment la récompense des efforts accomplis. 

samedi 11 février 2017

[LIVRE] Miss Alabama et ses petits secrets - Fannie Flagg


Résumé : 
"Birmingham, Etats-Unis.Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a pris une grande décision : elle va mettre fin à ses jours. Elle n'est ni malade ni déprimée, son travail dans une petite agence immobilière est plutôt agréable, mais elle a trouvé malgré tout seize bonnes raisons d'en finir, la principale étant peut-être que, à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie. 
Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais en toute discrétion à en régler les détails. 
Or, peu de temps avant de passer à l'acte, Maggie est invitée par une collègue, Brenda, à un spectacle de derviches tourneurs. La représentation étant dans moins d'une semaine, elle décide, pour faire plaisir à Brenda, de retarder l'ultime échéance. 
Elle est alors loin de se douter combien les jours à venir vont être riches en secrets dévoilés et en événements imprévus, lesquels vont lui montrer que l'existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu'elle ne le croyait". 

vendredi 10 février 2017

Malice au pays - La Flèche (72)



Coucou tout le monde
Je vous raconte un peu notre sortie de ce matin puisque dans le cadre du festival "Malice au pays" ayant lieu du 6 au 19 février 2017 dans la vallée du Loir (Sud Sarthe) et plus exactement dans la joulie ville qu'est La Flèche (Hé non ce n'est pas qu'un zoo La Flèche), j'avais repéré quelques spectacles et/ou animations alléchantes pour mes loulous.
Toujours avec l'accord des parents, je me suis donc jeté avec ferveur notamment sur un ciné-concert qui aura retenu toute notre attention. 
Ecouter de la musique est une chose, observer des images (animées ou non) également mais associer la musique et l'image, qui plus est en live, c'était quelque chose de véritablement enrichissant pour des enfants de 2 ans et ce fût le cas.
Nous étions donc partis pour un peu plus de 30 minutes de ciné-concert au travers d'une histoire intéressante : 

C’est l’heure d’aller dormir. Une grosse lune nacrée brille au dehors. Dans sa chambre, une petite fille, Aka, joue à faire voler des ombres sur son mur.. qui nous emmènent au pays du vent où maman lui donne un cerf-volant magique. Aka s’envole alors, libre, cap sur la lune. Son voyage la transporte au-dessus de contrées toujours plus colorées où d’étranges personnages échappés des poèmes de Paul Claudel parsèment sa route et la guident. Deux musiciennes bruiteuses accompagnent son périple sur grand écran; elles donnent voix et musiques à l’histoire d’Aka avec humour et poésie.
(Source du texte : http://www.lecarroi.org/festivals/malices-au-pays/)

Source de l'image : http://lmendezamy.wixsite.com/elleestoulalune/image
  
 "Elle est où la lune ?" c'est donc le titre de ce spectacle  animé par deux artistes investies dans leur projet que nous sommes allés voir et écouter. D'un côté de la scène, une pianiste : Leïla Mendez (qui s'avère être multi-instrumentiste en fait mais très clairement les enfants m'ont questionné sur le piano) et une musicienne, bruiteuse et interprète la voix du pantin dans le court-métrage : Sophie Laloy.
Toujours étonnant de voir la complicité entre deux artistes comme cela et lorsque tout est coordonné, cela donne quelque chose de vraiment vivant et on plonge dans l'histoire immédiatement. 
La preuve en est, j'ai été assailli de questions à la fin de l'histoire et je ne regrette qu'une chose : ne pas avoir pu poser quelques questions aux artistes si talentueuses et approcher avec les enfants ses instruments et bruits si particuliers qui rendent vivant ce spectacle qui aura subjuguer tout le monde. 
A réitérer ! 

Tous les renseignement sur le spectacle, les images, la compagnie ainsi que des extraites du spectacles dans le lien ci-dessous :